Skip to content

L'écologie et l'amour : quel est le lien ?

Chez SÈME, nous pensons que la crise écologique est le symptôme d'une crise majeure de la relation à soi, aux autres, à la nature.

crise_écologique_amour_durable
ÉCOUTER LE PODCAST
flink_crise_écologique_relation

La situation de notre planète est dramatique et c'est notre mode de vie qui en est la cause. Nous surconsommons.

Consommer procure du plaisir, le plaisir est éphémère. Sitôt qu'il est parti, nous avons besoin de consommer à nouveau pour retrouver l'état de bien-être qu'il procure.

Pour quoi consommons-nous de façon compulsive c'est-à-dire d'une manière irréfléchie, irrépressible, illimitée ?

Nous surconsommons pour nous sentir plus désirable, remarquable, fort

dans le but d'augmenter notre estime de soi, confiance en soi, affirmation de soi.

Nous surconsommons quand nous sommes tristes, seuls, angoissés

dans le but d'évacuer nos émotions négatives.

Nous surconsommons quand nous sentons un vide, une perte de sens, un désespoir

dans le but de nous sentir heureux.

La racine de la crise écologique que nous vivons est d'avoir pu penser que l'accumulation de biens matériels comblerait nos vies.

Jamais rassasiés, nous sommes devenus esclaves de nos pulsions. Nos besoins de nourriture, de confort, de sexe, d'information, de pouvoir semblent insatiables.

La société de consommation fonctionne sur la base de nos fragilités affectives et relationnelles, elle nous maintient dans une immaturité.

Il faudrait travailler toujours plus, pour gagner toujours plus, pour avoir toujours plus.

Plus on a d'argent plus on serait heureux pense-t-on.

Le travail devient prioritaire, au détriment des relations conjugales, familiales, amicales, sociales.

Il est perçu comme un lieu d'épanouissement et donne les moyens de répondre aux besoins matériels des gens que l'on aime mais quand il prend trop de place, il détruit les relations et la qualité de la vie.

Dans cette course effrénée, les individus s’épuisent à mesure qu’ils épuisent les ressources de la terre.

Ce n'est jamais assez, il faudrait toujours plus au risque de se déconnecter des gens que l'on aime.

adopte_un_mec_crise_écologique_relation

La société de consommation a aussi formaté les relations humaines à son image.

Les relations amoureuses et sexuelles sont de plus en plus souvent vécues comme de vulgaires objets de consommation.

On prend, on utilise, on jette, on remplace les personnes.

Les applications facilitent et démocratisent l'accès à la satisfaction immédiate de ses envies affectives et sexuelles du moment.

On accumule les expériences amoureuses et sexuelles.

On valorise la quantité plutôt que la qualité des rencontres.

On cherche la satisfaction immédiate de son propre plaisir.

On n'inscrit pas la relation dans le temps long, on ne respecte pas le besoin de lenteur du corps, le besoin de sécurité du cœur.

Une précarité affective, sexuelle et relationnelle est présente dans nos sociétés modernes.

Chez SÈME, nous voulons répondre à cette situation.

abbé_pierre_crise_écologique_relation

Chez SÈME,

nous pensons que nos plus grandes joies se trouvent dans les liens humains que nous cultivons et faisons grandir dans le temps.

Nous sommes des êtres de relation

Nous avons fondamentalement besoin d’être en connexion avec soi et les autres.

Notre bonheur dépend de la qualité de nos relations

L'amour est nécessaire à la vie heureuse.

Plus nous nous sentons aimé, moins nous avons besoin de consommer

Quand on a l'essentiel, le reste importe peu.

Notre réponse à la crise écologique est de prendre soin de nos relations humaines, de préserver, soigner, soutenir l'amour.

En soignant le mal à la racine, nous traitons en profondeur et de façon durable les problématiques structurelles de nos sociétés modernes.

Plus nous (nous) aimons, plus notre consommation se limite à nos besoins réels. Notre rapport à la nourriture, la mode, la cosmétique, le divertissement, le voyage, la technologie, la nature, l'information, le sexe, la santé, change radicalement. 

crise_écologique_relation

Chez Sème,

nous pensons qu'une écologie bien ordonnée commence par soi-même . Une relation apaisée avec soi et les autres permet une relation respectueuse à l'environnement.

Acheter des produits durables, éco-responsables, biologiques ; trier ses déchets, ne pas prendre l'avion, ne pas consommer de viande pour réduire l'impact de sa consommation sur l'environnement, c'est nécessaire.

jolie_momes_lovecare
heloïse_abelard_lovecare
balzac_paris_lovecare
engie_lovecare
tesla_écologie_lovecare
selency_écologie
bio_c_bon_lovecare
ecotable_lovecare

Mais qu'en est-il de nos relations ?

Le mot écologue vient du grec "oîkos" qui signifie la maison, l'habitat, et de "logos" qui signifie le discours.

Notre premier habitat, c'est le ventre des femmes. Notre premier environnement est la famille dans laquelle nous grandissons.

SÈME_lovecare

La façon dont nous traitons le corps des femmes reflète la façon dont nous traitons la nature

et réciproquement.

L'écologie est un art de vivre la relation à soi, à l’autre et à son environnement

Ce n'est pas une affaire de posture.

L’écologie est un corpus de valeurs

respect, durabilité, responsabilité, humilité, engagement, générosité, résilience, solidarité ; acceptation du temps long, des limites de la nature, des cycles de vie.

C'est pourquoi, SÈME soutient l'amour durable.

L'amour durable est une philosophie de vie, un art d'aimer. C'est un amour qui s'inscrit et se diffuse dans le temps long, respectueux de soi et de l'autre. Un amour écologique.

M A N I F E S T O